Microsoft choisi par Renault Truck pour AR dans le contrôle de la qualité des moteurs

Industrie automobile de la RÉALITÉ DU MARCHÉ accélère l’utilisation de l’AR via Microsoft

Entre les essais de Renault Truck sur les HoloLens dans les usines. L’industrie automobile est fière de la réalité augmentée pour améliorer les opérations internes et engager les consommateurs.

Pendant ce temps, bien qu’Apple ait fait sa première partie pour AR avec ARKit.  Il continue d’accélérer son développement matériel avec une nouvelle acquisition.

Microsoft choisi par Renault Truck pour AR dans le contrôle de la qualité des moteurs

Le fabricant français Renault Trucks se tourne vers HoloLens pour améliorer les processus de contrôle de la qualité avec ses opérations d’assemblage de moteurs.

Une équipe d’incubation interne d’une vingtaine de collaborateurs. Collabore avec le partenaire technologique Immersion pour concevoir un prototype de l’application, en cours de test sur le site de Lyon.

Image par Renault Trucks / YouTube

Pour en savoir plus, découvrez comment la mise en œuvre de l’AR de Renault se compare aux efforts d’autres opérations de fabrication …

Source : Next Reality BY TOMMY PALLADINO

 

Amazon Sumerian : créez des Apps AR et VR !

Amazon Sumerian : créez des Apps AR et VR !

Jeff Bezos est encore devenu plus riche grâce à l’épisode du Black Friday. En effet, le boss d’Amazon, qui était déjà devenu l’homme le plus riche de la planète il y a peu, vient de voir sa fortune personnelle passer le cap … des 100 milliards de dollars.

Oui ! Amazon a décidé de se lancer dans le monde des plateformes. Permettant de créer des applications et environnements conçus pour s’afficher sur différents types de terminaux et matériels (mobiles, masques, casques, lunettes…). C’est notamment lors de l’événement re:Invent 2017, qui a lieu en cette fin de mois de Novembre à Las Vegas, que le géant technologique a dévoilé son dernier projet.

Amazon Sumerian, une sorte d’ARKit à la sauce Jeff Bezos : créez facilement, et sans la moindre connaissance en code ou en graphisme 3D, vos propres Apps AR et VR 

Encore une certaine démocratisation de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée. Amazon, tout comme Apple et Google, souhaite que tout le monde puisse créer des Apps AR (mais aussi des Apps VR dans ce cas). Les matériels supportés sont Oculus Rift, HTC Vive. Ainsi que les terminaux mobiles iOS. Le support pour Android ARCore suivra.

Amazon Sumerian sera d’abord disponible en bêta et a été conçu sur les API JavaScript WebGL et WebVR. Respectivement pour le rendu graphique et le support pour les terminaux VR. Un autre point important à noter : Sumerian est également comptabiela avec le framework ARKit de réalité augmentée pour mobiles iOS.

Sources :360natives

Apple investit dans la VR et rachète VRvana !

Apple investit dans la VR et rachète VRvana !

On le sait depuis un petit moment maintenant : Apple bénéficie d’une forte expertise dans la réalité augmentée. Le géant californien vient tout juste de faire des grands pas en avant dans ce domaine. Avec notamment la sortie de l’ARKit (une plateforme qui permet aux développeurs du monde entier de concevoir et créer des Apps AR beaucoup plus facilement et beaucoup plus rapidement). Et de l’iPhone 8, 8 plus et X qui sont les premiers smartphones “AR”. Mais Apple est-il seulement intéressé par la réalité augmentée? Il semblerait que l’entreprise de Tim Cook ait décidé de faire un petit pas vers la réalité mixte avec l’acquisition de la start-up canadienne Vrvana, qui a déjà présenté son casque Totem au CES.

Cette start-up canadienne qui n’était alors pas très connu jusque là. A en effet conçu le casque Totem de « réalité mixte », à mi-chemin entre la réalité virtuelle et la réalité augmentée. On ne connait pas le montant de l’acquisition mais il serait proche de 30 millions de dollars. Une opération qui nous fait fortement penser au rachat d’Oculus par Facebook. L’entreprise était alors devenue le laboratoire VR de Mark Zuckerberg et ses équipes. On pense que VRvana sera beaucoup impliqué dans la prochaine conception des “Apple Smart Glasses”.

On le sait maintenant : d’ici 2020, Apple compte monter en puissance sur le segment de la « réalité mixte » c’est-à-dire combinant réalités virtuelle et augmentée. Le Totem sera un puissant allié. Le casque est en effet équipé d’un système de caméras assurant le suivi « 6DoF » (« Six degrees of freedom »), une technologie qui lui donne la possibilité de suivre sa position dans l’espace, tout en exploitant des caméras IR (infrarouges) qui permettent de suivre les mouvements des mains de l’utilisateur.

Cependant, et cela pourrait devenir un problème, le casque Totam fonctionne sous Windows 10 !

Avec VRvana, il semblerait bien qu’Apple ait trouvé son “Oculus” et décide de prendre le cap de la réalité virtuelle en plus de la réalité augmentée ! 

source : 360natives

De la réalité virtuelle dans les magasins Décathlon

De la réalité virtuelle dans les magasins Décathlon

C’est le virage du retail digital que souhaite prendre Décathlon avec ce move. Également, on le sait depuis un petit moment maintenant, la réalité virtuelle est un parfait outil marketing qui permettra d’attirer encore plus de monde dans les rayons du magasin. De plus, l’enseigne pourra ainsi proposer une expérience de vente plutôt originale à ses clients grâce à un partenariat avec l’agence digitale Valtech.

Décathlon décide d’équiper 13 de ses magasins avec des casques HTC Vive de réalité virtuelle pour offrir des expériences clients incroyables!

L’expérience est proposée au rayon des tentes Quechua. En quoi consiste-t-elle? Le client peut enfaite visualiser les tentes dans des décors spécifiques, en réalité virtuelle. Le client peut ajuster le décor de son choix : montagne, forêt ou désert. Il y a également des réglages possibles pour les intempéries (à quoi ressemblerait ces tentes dans une forêt pluvieuse?). Une expérience nettement plus excitante qu’un banal achat de tentes. Vous vous rêverez en tant qu’aventurier tentant de survivre à une innondation dans la forêt amazonienne alors que vous serez tout simplement au milieu du magasin Décathlon. C’est le type de magie que vous propose une technologie comme la réalité virtuelle.

L’expérience est réussie puisqu’une enquête client démontre que 95% des clients recommandent cette expérience d’achats. C’est bien pour cela que Décathlon a décidé d’équiper 17 autres magasins avec de la réalité virtuelle en 2018. C’est le moment d’essayer cette nouvelle technologie dans votre magasin préféré !

Magic Leap vient de lever (encore) 500 millions de dollars !

Magic Leap vient de lever (encore) 500 millions de dollars!

Seulement, il y a un hic que personne n’ignore: Magic Leap n’a encore sorti aucun véritable produit. Cela fait quelques trimestre qu’on attend de voir de quoi Magic Leap est capable cependant nous n’avons encore rien vu : pas d’App AR, pas de casque de réalité augmentée, pas de jeu complètement fou à l’instar de Pokémon Go.

Mais cela ne semble pas être un problème pour les investisseurs qui continuent de renflouer allègrement les caisses de l’entreprise. En effet, l’entreprise accumule les levées de fonds et rajoute, à chaque tour de table, des investisseurs prestigieux. En ce mois d’Octobre 2017, c’est le fond souverain singapourien Temasek Holding qui vient donner un petit coup de pouce à une entreprise. Dont les moindres mouvements sont guettés par tous les fans de la réalité augmentée.

Magic Leap n’a toujours pas lancé de produit.  Mais cela ne semble pas être un problème puisque l’entreprise vient encore de convaincre des investisseurs! 

Temasek Holding n’est pas le seul investisseur prestigieux à avoir participé à ce tour de table. En effet, le groupe chinois Alibaba. Ainsi que le fonds d’investissement Fidelity Investments viennent tout juste de mettre la main au portefeuille. Ainsi la startup basée en Floride accumule un financement de près d’1.8 milliards de dollars.

Des rumeurs disent que les premiers produits de Magic Leap seront envoyés à un groupe restreint d’utilisateurs dans 5 mois. Quels seront ces produits? Et qui seront les petits chanceux à les recevoir?

Source : 360natives.com

Microsoft en matière de réalité augmentée et Hololens

Que nous prépare Microsoft en matière de réalité
augmentée ?

Que nous prépare Microsoft en matière de réalité augmentée?

Lorsqu’il s’agit de réalité augmentée, Microsoft a généralement une imagination plus développée que celle de ses concurrents.
Le géant technologique américain ne pense pas seulement en terme de smartphones ou de lunettes AR.

Le géant américain va plus loin et voit les choses en grand.
Il faut dire que Microsoft n’a pas froid aux yeux puisque l’entreprise a sorti l’année dernière un casque de réalité augmentée pour la modique somme de … 3000 dollars américains !

Le Microsoft Hololens bénéficie peut-être d’une technologie optique très élaborée et d’une vitesse de processeur incroyablement sophistiquée, cependant peu nombreux sont ceux qui peuvent se l’offrir.

Il permet cependant à son propriétaire de voir le monde réel à travers des lentilles transparentes tandis que l’appareil projette des images virtuelles d’une qualité inégalable pour le moment.

Hololens bénéficie d’une précision impeccable et sait correctement s’adapter aux espaces qui entourent son porteur.
Les éléments virtuels ne sont pas coupés, flous ou entrechoqués par les éléments réels, comme peuvent l’être les filtres de réalité augmentée sur Snapchat par exemple. On ne vous cache pas que tout cela requiert des compétences techniques pour un appareil dont le coût de production est énorme.

Microsoft est un géant de la réalité augmentée qui joue dans la cour des grands. Avec du matériel de haute qualité destiné à un marché constitué de professionnels ! 

En réalité, Microsoft ne vise pas le marché des particuliers avec l’Hololens. Mais plutôt celui des professionnels, dont le panier moyen est beaucoup plus élevé. L’Hololens n’est pas pour faire joujou donc. Il est plutôt placé entre les mains de développeurs de logiciels qui conçoivent des programmes sur mesures. Pour leurs clients, des réparateurs d’ascenseur aux chirurgiens.

Microsoft a de nombreux atouts et a commencé à verrouiller un marché certain grâce à l’Hololens.  L’entreprise de Bill Gates prépare maintenant un Operating System appelé le Windows Mixed Reality, qui s’écoulera donc plus facilement. Microsoft ne fait pas le pari d’un monde en réalité augmentée sur smartphone mais sur ordinateur.
De toute façon, Microsoft a déjà perdu la guerre des smartphones face à Apple et Google.

Source : 360natives

Coca-Cola dévoile le panneau de pub robotisé 3D

Coca-Cola dévoile le panneau de pub robotisé 3D

Il y a quelques semaines, Coca-Cola dévoilait l’opération marketing la plus innovante jamais vue à ce jour. Un panneau publicitaire de 20m de haut sur 12m de large, entièrement robotisé et à l’affichage 3D.

C’est le 8 août dernier que s’installait en plein Time Square la publicité mastodontique qui fait à présent les beaux jours de la marque. Les fans et les curieux ont été invités à se joindre à la première projection. Qui s’est déroulée le 15 août, et à profiter de ce spectacle inédit tous ensemble tout en consommant des produits Coca-Cola.

Le panneau robotisé est le tout premier en son genre à faire son apparition dans la rue. En plus de ses proportions démesurées, il est composé de 1760 écrans LED mobiles et indépendants. Qui diffusent les images en 3D. Chacun de ces écrans est configuré pour se déployer et se rétracter automatiquement. Afin d’animer le panneau de mouvements de vagues et autres chorégraphies.

Celui-ci est programmé pour 24 heures. Et vit au rythme de la foule de touristes et de résidents qui traverse la place au quotidien. Par exemple, à l’heure du déjeuner, ce sont des publicités relatives à la restauration (et bien évidemment à Coca) qui sont diffusées au public.

La création et la mise en place de ce projet d’écran géant robotisé auront pris 4 ans. La marque ainsi qu’à ses nombreux partenaires et on ne peut qu’imaginer le prix que ça a coûté. Un travail de longue haleine qui vient consolider le statut d’innovateur de la compagnie dans l’industrie publicitaire, 100 ans après son tout premier affichage new-yorkais.

Source : cluturepub

Kabaq : des menus en réalité augmentée

Kabaq : des menus en réalité augmentée

Kabaq : des menus en réalité augmentée

Il faut se l’avouer. Parfois les photographies sur les menus de restaurants ne sont pas vraiment ressemblantes. Ce burger n’a rien d’alléchant et il semble qu’ils aient oublié quelques tranches de tomates par rapport à la photo. Où est le superbe risotto que l’on m’a présenté sur le menu? Et si vous arrêtiez de vous faire tromper? Et si la réalité augmentée pouvait aider? C’est en tout cas l’idée de l’App de réalité augmentée Kabaq, qui vous propose de visualiser les éléments du menu par le biais de cette technologie novatrice.

L’application projette des modèles 3Ds incroyablement réalistes sur la table des clients des restaurants, leur permettant de passer en revue la sélection du restaurant, sous différents angles et avec la possibilité de zoomer. L’entreprise considère que l’application représente le futur des commandes au restaurant. En attendez vous pouvez la retrouver sur l’App Store et l’Android Market. Cependant, seulement 5 restaurants à New York font partie de ce programme pour le moment.

Il reste maintenant à savoir si le système va convaincre les clients et favoriser l’acte d’achat. Si oui, il se pourrait que l’application s’étende à d’autres restaurants dans le monde entier et pourquoi pas aux services de food delivery qui, eux aussi, inclue des quantités énormes de menus sur leurs applications. Est-ce que commander en réalité augmentée deviendra la norme? Cela est bien possible.

Source : 360naratives

Le Chief Happiness Officer, symptôme d’un besoin de smile-out en entreprise

C’est un fait, le métier de Chief Happiness Officer bénéficie en ce moment d’un alignement des planètes médiatiques favorable. Mais passé l’effet de mode quelle leçon tirer pour l’entreprise. Cet engouement qui touche les dirigeants comme des employés ?

Chade-Meng Tan, un pionnier médiatique

Si les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) ont révolutionné la planète par leurs innovations numériques. On leur doit également quelques découvertes en terme de management : c’est en effet chez Google qu’est né le concept de Chief Happiness Officer – traduisez « Directeur du Bonheur ».

Le pionner concerné se nomme Chade-Meng Tan, ingénieur de son état, qui rejoint Google en 1999 en prenant des parts dans la start-up. Quelques années plus tard, la société grandissant, il devient millionnaire. Mais plutôt que de courir après les promotions. Il décide de consacrer les 20% de son temps dévolu à ses projets personnels (autre innovation de Google) à la neuroplasticité (la réactivité du cerveau aux stimulations) et à l’intelligence émotionnelle.

Il rédigera suite à ces travaux une synthèse regroupant les quelques principes qui permettent de se sentir mieux et d’être plus performant dans sa vie tant professionnelle que personnelle. Le concept du CHO était né, porté ensuite par la médiatisation de son auteur.

Qu’est-ce que le CHO (Chief Happiness Officer) ?

Il a ainsi fallu passer par l’exemple d’une société illustre pour revenir à ce constat simple et de bon sens : une entreprise qui considère ses salariés et leur prouve son engagement à leurs côtés se portera mieux que si elle ignore leurs besoins personnels et professionnels.

Le CHO est donc, dans l’entreprise, chargé de cette double tâche : être à l’écoute des salariés et trouver des actions concrètes à mettre en œuvre pour améliorer leurs conditions de travail ainsi que leur état d’esprit.

De là se dégage un profil évident : déjà une formation RH semble être une base nécessaire afin de circonscrire le champ des possibles en termes d’interventions. A cela s’ajoute une empathie naturelle et une aptitude au dialogue afin de discerner dans les équipes les besoins et parvenir à les exprimer.

Ensuite une bonne dose de créativité sera nécessaire. Pour inventer les actions et mesures susceptibles d’améliorer le bien-être au travail des salariés. Enfin il faudra aussi disposer d’un talent de persuasion certain pour convaincre la direction du bien-fondé systématique des sus-dites actions.

Bien-être et productivité, une corrélation désormais évidente

Ce dernier point ne devrait toutefois pas être le plus difficile. Lorsqu’un CHO est installé en entreprise c’est la plupart du temps le fruit d’une réflexion mûrie à la lumière de constats évidents. Et si les objectifs d’un tel recrutement varient d’une structure à l’autre ils restent dans l’ensemble convergents.

Le premier d’entre eux reste la motivation et l’engagement des salariés. Un salarié qui s’engage volontairement dans son travail parce qu’il aime ce qu’il fait et qu’il est respecté au sein de son équipe deviendra vite un pilier sur lequel l’entreprise pourra s’appuyer.

On peut également parler de la fidélité : les entreprises ayant besoin de personnel qualifié ont besoin de retenir leurs talents et le bien-être au travail est un critère de plus en plus important de ce point de vue.

Citons enfin la visibilité : un employé heureux au travail devient souvent un ambassadeur de son entreprise sur les réseaux sociaux (employee advocacy), que ce soit activement par le relai du dynamisme de celle-ci ou plus passivement par le prisme de sa propre expertise.

Le smile-out est l’avenir de l’entreprise

Notre génération est celle qui a vu apparaître et théorisé successivement les syndromes du burn-out (épuisement professionnel chronique). Du bore-out (l’ennui au travail) et celui du brown-out (manque de sens dans la mission professionnelle).

Ces termes anxiogènes peuvent refléter une réalité du monde du travail peu reluisante et une conception du management dépassée. Mais ils parlent aussi de l’intérêt que l’on porte désormais à ces pathologies, quand on les ignorait volontiers au cours des décennies précédentes.

Il est temps de répondre à ces affections professionnelles par un concept. Plus fort dont la médiatisation du Chief Happiness Officer est un symptôme positif. Celui du smile-out, qui reconnaît le bien-être au travail comme l’atout premier de l’entreprise, et le socle de sa culture.

Réalité augmentée inversée : pour faire disparaître des objets de l’environnement

Réalité augmentée inversée : pour faire disparaître des objets de l’environnement

La réalité augmentée permet de faire apparaître des éléments virtuels dans le monde réel. L’entreprise Laan Labs, spécialisée dans les applications pour smartphone, a mis au point une application qui permet de supprimer un objet d’un monde réel. Une sorte de réalité augmentée inversée. Le point sur la démonstration réalisée.

Réalité augmentée inversée

La réalité augmentée permet de faire apparaitre des éléments virtuels dans le monde réel. L’entreprise Laan Labs, spécialisée dans les applications pour smartphone, a mis au point une application qui permet de supprimer un objet d’un monde réel. Une sorte de réalité augmentée inversée. Le point sur la démonstration réalisée.

Lorsque nous pensons réalité augmentée, nous imaginons des objets virtuels ajoutés à l’environnement. La réalité augmentée peut cependant être utilisée à d’autres fin. Comme par exemple soustraire un élément de l’environnement à la vue. Cette sorte de réalité augmentée inversée est possible. Et Laan Labs a prouvé qu’il était facilement possible de réaliser une telle prouesse, qui a toutefois certaines limites.

Réalité augmentée inversée pour faire disparaitre des objets

La réalité augmentée inversée supprime un élément de l’environnement

L’entreprise américaine Laan Labs, qui a des bureaux à New-York, San Francisco mais aussi en Europe à Berlin. A mis au point une application permettant d’occulter aisément un élément du décor. Grâce à la réalité augmentée. Cette entreprise qui développe des applications pour smartphones. Et qui compte de nombreux clients prestigieux, a développé cette application originale de réalité augmentée inversée avec l’ARKit d’AppleCette application permet de soustraire des éléments du décor d’un environnement comme s’ils n’étaient pas là.

Réalité augmentée inversée disparaitre objets décor environnement

Pour cela, les équipes de l’éditeur d’applications pour smartphone ont mis au point un logiciel. Qui permet de soustraire un élément choisi du décor et de le remplacer par une texture reproduisant le fond sur laquelle l’objet se trouve. Le système mis au point avec l’ARKit est calculé en direct. L’application recalcule la texture qui cache l’objet en temps réel. Et même lorsque l’utilisateur bouge son smartphone, l’illusion de la réalité augmentée inversée est totale.

Une démonstration convaincante de réalité augmentée inversée

L’entreprise Laan Labs a mis en ligne une vidéo sur la plateforme YouTube. Qui montre les résultats obtenus avec l’application de réalité augmentée inversée. Bien que n’étant pas parfaite, l’illusion est cependant totalement réussie. Il faut avoir un œil avisé pour remarquer les légers problèmes de textures. Il ne s’agit là que d’une simple démonstration comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessous. Nul doute qu’à l’avenir, la technique pourra être améliorée. Et l’application des textures permettant de cacher un objet en réalité augmentée inversée sera meilleure.

Impossible, pour le moment, de soustraire une personne de l’environnement mais déjà des idées d’utilisation d’un tel dispositif fleurissent. Jay Samit, un innovateur dans les médias numériques a par exemple soumis à nos confrères américain du journal « Next Reality News » qu’une possible utilisation d’une telle technologie serait de supprimer le marketing de notre environnement. Il évoquait notamment l’exemple d’une application qui supprimerait. En réalité augmentée inversée, les produits non nécessaires dans un supermarché et épargner aux clients des achats compulsifs liés au marketing des marques.

 25 juillet 2017 Secteurs d’applications