ARKit : et Apple entra dans la réalité augmentée

ARKit : et Apple entra dans la réalité augmentée

C’est décidément la course à l’invention la plus novatrice et la plus bouleversante en terme de réalité augmentée dans la Silicon Valley. Chaque géant de la Tech bouleverse l’industrie de la réalité augmentée et de la réalité virtuelle lors de leur conférence. Annonce de nouveaux produits, recrutements ambitieux, lancement de nouveaux projets. Il semblerait que 2017 marque une nouvelle étape dans le développement de ses technologies. Aujourd’hui, c’est au tour de la firme à la pomme, Apple, de faire ses annonces. Lors de l’événement WWDC, l’entreprise de Tom Cook a présenté un nouveau groupe d’APIS, sobrement nommé ARKit, qui permettra aux développeurs d’ajouter encore plus de contenu en réalité augmentée aux appareils utilisant l’OS iOS. Préparez-vous à voir plus de réalité augmentée sur vos iphones et vos ipads.

Apple veut que les développeurs créent plus de contenu en réalité augmentée. Pour les iphones et les ipads et lance l’ARKit à cet effet ! 

C’est décidément l’année de la réalité augmentée pour la Silicon Valley. Rappelez vous de la conférence F8 de Facebook et l’annonce de nouveaux produits : de Camera Effects (une plateforme de réalité augmentée) aux caméras Giroptic. Également, Google n’est pas en reste et a annoncé pléthore de nouveau projet : une plateforme éducative en réalité augmentée, la plateforme Tango qu’on ne présente plus ou encore les Google Lens qui permettront d’analyser les images AR.

Apple n’a pas sorti de nouvelle App en réalité augmentée. De même, il semblerait que les fameuses lunettes AR d’Apple ne soient pas encore prêtes à la commercialisation. Cependant, l’ARKit est une plateforme qui devrait contribuer à une démocratisation encore plus forte de la réalité augmentée.  Apple, comme les autres entreprises de la Silicon Valley. Souhaite que plus de personnes se mettent à écrire des lignes de codes pour des Apps AR. Et il semblerait que beaucoup soient déjà intéressés pour se lancer sur la plateforme ARKit.

Soources : 360natives

Brief & Go la plateforme digitale de gestion d’une campagne liée à un plan média

Brief & Go est la 1ère plateforme digitale de gestion de la chaîne de production d’une campagne liée à un plan média (ordre d’insertion).

logo  BRIEF&GO ob

De la mise à disposition de la création jusqu’à la livraison aux supports média. Notre workflow automatise l’ensemble du process en incluant le reporting, l’historique et l’archivage de chaque élément.

Piloté en central, auto-administré et déployable par marque, par pays, par région, Brief & Go est un outil collaboratif entre l’annonceur, les agences médias, créa, exé et les régies.

Véritable « Mail & Excel killer », il simplifie et facilite le travail des différents intervenants dans la gestion des campagnes en cours et à venir.

brief_and_go_01

Brief & Go vous fait gagner en efficacité, en fluidité, en productivité, donc en temps et en coût.

Notre outil est bien évidemment personnalisable et paramétrable en fonction de chaque client.
Et présente toutes les garanties de sécurité, de fiabilité et de confidentialité.

Business contact
Christian Coquart
+ 33 (0) 6 33 65 12 00
christian@brief-and-go.com

Google sur un écran VR OLED secret « spectaculaire ayant autant de pixels que 2,5 écrans 4k »

Google sur un écran VR OLED secret « spectaculaire ayant autant de pixels que 2,5 écrans 4k »

Google sur un écran VR OLED secret "spectaculaire ayant autant de pixels que 2,5 écrans 4k" - 2
Google, qui jusque-là ne s’était aventuré dans la VR haut de gamme qu’avec des expériences comme Tilt Brush et Google Earth VR, va bientôt rejoindre la course à l’immersion avec leurs casques autonomes Daydream, qui sortiront à la fin de l’année.

Et ce n’est pas tout ce qu’ils ont en réserve, car la société travaillerait sur un écran. Apparemment supérieur à tous ceux qui existent actuellement. Clay Bavor, VP de la VR chez Google aurait annoncé qu’ils « travailleraient avec un des leader des écrans OLED » et que ce fameux écran aurait « le nombre de pixels de 2,5 écrans 4K et 10x plus de pixels que nos écrans VR actuels ». Rien que ça !

Alors, qui pourrait être ce fabricant ? LG, qui domine le marché des TV OLED grâce à sa technologie WOLED ? Ou alors Samsung, qui fut le premier constructeur à l’utiliser de manière quasi systématique dans leurs produits ? On penchera plutôt vers ce dernier, surtout quand on sait qu’ils viennent tout juste de révéler un écran VR OLED de 3.5 pouces avec HDR, 120 Hz et une densité de pixel de 858ppi.

Il semblerait par contre qu’il ne s’agisse pas du même écran étant donné que cela lui confère une résolution (estimée) de 2010×2230. Soit bien loin de la quantité de pixel équivalente à  2,5 écrans 4K annoncé par Google. Tout cela semble par contre aller dans le sens des propos de Gabe Newell. Qui expliquait que « la résolution en VR allait évoluer très vite et dépasser celle de nos écrans normaux vers 2018 ».

Ce fameux écran sera-t-il intégré dans un des casques VR autonome de Google comme le HTC Vive mobile ? Ça semble peu probable mais on est jamais à l’abri d’une bonne surprise. En tout cas, entre le sans-fil, l’eye-tracking et la montée en résolution. La prochaine génération de casque VR semble s’annoncer très prometteuse !

Sources :

Publié par Chris
logo_pacifico_communication_articles
3 mythes et contre vérités sur la réalité augmentée

3 mythes et contre vérités sur la réalité augmentée

3 mythes et contre vérités sur la réalité augmentée

3 mythes et contre vérités sur la réalité augmentée. Depuis la sortie et le buzz provoqué par Pokémon Go, la réalité augmentée est devenue la technologie de tous les fantasmes. Quand certains lui promettent un avenir resplendissant, d’autres la considèrent comme une vague effet de mode qui s’estompera très rapidement avec le temps. Beaucoup de prophéties sont évoquées quant à l’avenir de la réalité virtuelle et certaines d’entre elles relèvent du mythe quand d’autres peuvent être considérées de façon sérieuse. Aujourd’hui on se concentre sur 3 mythes et poncifs souvent entendus lors de discussions sur la réalité augmentée.

Premier mensonge: nous avons déjà créé tout ce qu’il était possible de faire en terme de réalité augmentée

Complètement faux. Si les jeux qui sont produits sur nos smartphones semblent tous ressembler à Pokémon Go. la réalité augmentée connait d’énormes progrès en 2017. Tout d’abord, la réalité augmentée n’est plus qu’une technologie ludique réservée à l’univers des jeux vidéos. Les géants de la tech, à l’instar d’Alibaba et de ses pare-brises en réalité augmentée, l’utilisent maintenant à des fins commerciales.

Numéro deux: la réalité augmentée est une version low-cost de la réalité virtuelle

Archi-faux, la réalité augmentée n’est pas la petite soeur de la réalité virtuelle. Si la réalité virtuelle créé un univers complètement virtuel et n’inclue aucun élément réel. Son marché est, lui, beaucoup moins développé que celui de la réalité augmentée. De plus, contrairement à ce que beaucoup de personnes dans le monde, les termes « réalité virtuelle » et « réalité augmentée » ne sont pas interchangeables! On parle bien de deux technologies différentes, aux utilisations différentes!

Le troisième parmi les mythes: la réalité augmentée va contribuer à créer des sociétés d’individus de plus en plus isolés

Faux ! Ne vous rappelez-vous pas des mouvements de foules dans les rues de New-York.  Ou de Tokyo provoqués par Pokémon Go? Tout le monde courait après les Pokémons rares! Si les jeux vidéos isolent généralement les joueurs de la société, la réalité augmentée est véritablement collaborative. Par exemple, Holostoria permet de créer son propre univers de réalité augmentée pour pouvoir y évoluer à plusieurs.

Sources : 360natives

logo_pacifico_communication_articles
Caterpillar mise sur la réalité augmentée pour innover

Caterpillar mise sur la réalité augmentée pour innover

Caterpillar est l’exemple parfait d’une grosse entreprise qui a su transformer son business modèle en utilisant les leviers des nouvelles technologies. L’entreprise, qui agit dans trois industries, celles des matières premières (des mines en particulier), de la construction, des énergies et des transports (des systèmes de propulsion pour des turbines et des locomotives). A toujours voulu offrir le meilleur service possible. L’entreprise a fait beaucoup d’effort pour assurer sa transformation digitale et passer d’une entreprise avec d’importants stocks et d’importantes immobilisations  à une entreprise technologique basée sur les logiciels et l’électronique. Aujourd’hui, l’entreprise continue son innovation technologique et assure des services à distance. La dernière innovation de Caterpillar concerne la réalité augmentée!

Caterpillar, une entreprise qui vise à devenir « cheaper, smarter and faster ». Et qui sait miser sur les nouvelles technologies, à l’instar de la réalité augmentée! 

Aujourd’hui l’entreprise bénéficie de 500 000 actifs connectés dans le monde. Qui permettent aux techniciens de service de conduire des inspections de matériel rien qu’avec des photos prises avec des smartphones.  Lewis, le PDG de Caterpillar, souhaite connecter de plus en plus les produits et les personnes.

Caterpillar a créer un outils qui permet d’utiliser les téléphones portables. Pour avoir accès à des données lives provenant d’un ensemble de générateurs. L’outil permet également aux individus d’agir sur les équipements grâce à la réalité augmentée. Le PDG a également fait savoir que Caterpillar souhaitait utiliser la réalité augmentée et la réalité virtuelle pour les département des ventes, des opérations et des opérations de service.

L’entreprise a déjà créé un tracteur en réalité virtuelle, comprenant plus de 6 000 pièces. Un commercial de Caterpillar pourrait utiliser un iPhone ou un iPad. Et scanner une icône sur une notice de matériel pour obtenir un rendu en réalité virtuelle de la pièce ou de l’équipement en question. Il est également possible de faire des simulations d’opérations en réalité virtuelle.

Sources : 360natives

logo_pacifico_communication_articles
SECURITE ROUTIERE IDF / LE SIMULATEUR D’IMPACT /

SECURITE ROUTIERE IDF / LE SIMULATEUR D’IMPACT /

A l’approche de la 7ème édition de la Quinzaine Régionale des Usagers Vulnérables. L’agence Serviceplan a organisé le 22 mars 2017 à Paris une opération terrain inédite visant à sensibiliser aux dangers des imprudences piétonnes qui engendrent plus de 4500 victimes par an en Ile-de-France. Cette action s’inscrit dans le cadre de son marché de communication sur les enjeux franciliens de la Sécurité Routière avec la DRIEA (Direction Régionale et Interdépartementale de l’Equipement et de l’Aménagement d’Ile de France).

Le principe de l’opération a consisté à disposer un panneau d’affichage digital interactif spécialement conçu pour l’occasion, aux abords d’un passage piétons à feux de signalisation très fréquenté. Equipé d’un détecteur d’infractions, d’un haut-parleur, et d’un appareil photo, le panneau « radar » émettait un son de crissement de pneus à chaque fois qu’un piéton s’engageait malgré le « bonhomme rouge ».

Photographiés en flagrant délit d’imprudence, les visages effrayés de ces piétons indisciplinés étaient alors projetés en direct sur ce même panneau. Ils devenaient ainsi, en direct, les protagonistes d’affiches de prévention marquées de l’accroche : « Ne prenez pas le risque de voir la mort en face. Traversez en respectant les feux de signalisation ».

La vidéo digitale et les affiches créées en conditions réelles seront utilisées dans le cadre de la prochaine Quinzaine Régionale des Usagers Vulnérables (15-28 mai 2017) (affichage en gares, campagne Facebook…)

 

Eko Studio, une solution en ligne, et gratuite, de création et de publication de vidéo interactive.

Eko Studio, une solution en ligne, et gratuite, de création et de publication de vidéo interactive.

Article de  

Les outils de création interactive sont nombreux mais tous ne se valent pas et beaucoup restent rapidement sur le carreau… Toutefois certains méritent vraiment d’être mis en valeur et j’inaugure donc aujourd’hui un nouveau type d’article sous forme de découverte / tutoriel d’outils.

Le premier de cette série est Eko Studio, une solution en ligne, et gratuite, de création et de publication de vidéo interactive. Grandes forces de l’outil : sa simplicité absolue d’utilisation et ses performances en terme de lecture vidéo.

Eko Studio (précédemment appelé Interlude Treehouse) existe depuis maintenant 4 ans et reste fidèle à son principe d’origine : ne proposer que deux modèles de vidéos interactive (non, pas plus) mais le faire extrêmement bien.

Premier type de projet : les vidéos à embranchement. Une vidéo se joue jusqu’à un certain moment, deux ou trois choix vous sont alors présentés. Vous cliquez sur un bouton et la vidéo se poursuit dans la direction choisie (dans le style des Histoires dont Vous Êtes le Héros donc). Un exemple touristique avec cette visite interactive de la ville de Lausanne :

Autre modèle : les vidéos « parallèles », c’est à dire des vidéos qui proposent plusieurs flux entre lesquels vous pouvez zapper. Un peu comme si vous étiez le réalisateur d’un match de foot et que vous décidiez de vous focaliser sur telle ou telle caméra… En voici un exemple musical :

Je vous propose donc un tour du propriétaire de Eko Studio.

Réaliser une vidéo à embranchement

Rendez-vous pour commencer sur le site de Eko Studio et créez gratuitement votre compte. Cliquez ensuite sur le gros symbole  » +  » pour initier un nouveau projet :

 

Vous atterrissez alors sur l’interface d’édition. Première chose à faire : y déposer vos « morceaux » de vidéos. En effet, il va falloir travailler sur un logiciel de montage un peu en amont car vous allez devoir télécharger des segments de vidéos correspondant à chacun des choix possibles de l’utilisateur.

Si l’on repense à la visite interactive de Lausanne : l’introduction est une première vidéo. Puis vous pouvez cliquer sur « été » ou « hiver » : les créateurs ont donc produit deux vidéos, chacune correspondant à l’une de ces options. Et ainsi de suite.

Pour télécharger vos vidéos, un simple glisser-déposer dans la colonne de gauche suffit :

 

Passons maintenant aux choses sérieuses. Vous allez pouvoir très simplement définir la structure de votre vidéo interactive, c’est à dire visualiser tous les embranchements de la vidéo.

Pour cette démonstration, j’ai choisi des vidéos très zen : des images de désert, de forêt, d’océan et de montagne. Ma vidéo se déroule ainsi : je commence en forêt puis je donne au public le choix d’aller plus vers la montagne ou sous l’océan. S’il va à la montagne, il peut ensuite choisir d’errer dans un désert ou de finalement plonger sous l’océan. Et ainsi de suite…

Pour ajouter des embranchements à ma vidéo interactive et aboutir à une telle structure, je procède ainsi :

 

Mon arborescence est prête, il ne me reste plus qu’à indiquer quelle vidéo correspond à telle embranchement. Pour cela, rien de plus simple : un glissé-déposé depuis la colonne de gauche vers les différentes branches fera l’affaire. Comme ceci :

 

Ce faisant, je viens de faire de ma vidéo en forêt le premier segment qui se jouera. Je peux ensuite répéter l’opération pour attribuer à chaque branche sa vidéo :

 

En fonction du titre de chaque branche, Eko Studio va créer des boutons qui s’afficheront par-dessus votre vidéo. Sur ma vidéo d’introduction en foret. J’ai donc deux boutons (l’un nommé « montagne » et l’autre « océan ») qui ont été créés automatiquement. Pour les voir et les modifier. Il suffit de double-cliquer sur la branche en question :

 

Vous pouvez utiliser les modèles de boutons fournis. Ou alors télécharger vos propres designs dans l’onglet « Style » disponible en haut à droite de l’écran d’édition :

 

J’ai ainsi transformé les deux boutons standards en icônes personnalisées. Il est temps de cliquer sur le bouton « preview » tout en haut pour voir ce que cela donne :

 

Si vous voulez plus de détails sur l’édition de vidéo dans Eko Studio, je vous en donne davantage en fin d’article. Mais avant cela, je voudrais vous présenter l’autre modèle de vidéo permis par Eko Studio.

Les vidéos parallèles

La vidéo parallèle est un format très efficace lorsqu’il s’agit de montrer des actions simultanées à différents endroits par exemple. Pour ceux et celles qui ont déjà vu Wei or Die, eh bien dites vous que c’est exactement la même structure narrative.

Pour créer une vidéo parallèle, il faut cliquer sur le bouton « new parallel node », vers la droite de l’écran. Un ensemble de quatre branches apparait alors :

 

Je dois adapter mon concept à ce nouveau format : désormais l’utilisateur peut zapper quand il le souhaite entre les quatre environnements (montagne, désert, forêt et océan). De la même façon que décrite ci-dessus, j’assigne à chacune des quatre branches sa vidéo respective. Et je personnalise les boutons (là aussi selon le même procédé) et j’arrive alors à ce résultat :

 

Une fois votre vidéo terminée, il ne vous reste plus qu’à cliquer sur « Publish Manager » en haut à droite pour la mettre en ligne et le tour est joué ! Vous pouvez alors partager le lien qui vous est fourni ou tout simplement embedder (embarquer) votre projet sur votre site.

Pour conclure et se lancer…

J’espère que ces quelques gif et ces quelques lignes vous aurons convaincu de la facilité d’utilisation de Eko Studio et de son potentiel. Bien sûr il est possible de personnaliser davantage vos vidéos (définir ce qui se passe si l’utilisateur ne choisit rien, ajouter une bande-son, etc.) mais pour cela je vous invite à regarder les tutoriels officiels.

En gros, il vous faudra une petite demi journée pour bien comprendre le fonctionnement du logiciel. Mais le mieux sera encore de prendre votre smartphone par exemple et d’imaginer une première vidéo test rapide. Vous serez rapidement confronté aux quelques contraintes de l’expérience. Mais découvrirez surtout quelque chose de très satisfaisant créativement parlant, et surtout de très ludique. Et tout cela est gratuit alors qu’attendez-vous ?

Sources : par

Si cet article vous a plu, rejoignez la Lettre des Nouvelles Narrations pour en recevoir d’autres directement sur votre mail. Sinon poursuivez votre lecture avec d’autres articles ou avec mes livres sur les nouvelles écritures.

 

logo_pacifico_communication_articles
Vendée Globe : Banque Populaire annonce un bilan de 55M€ en équivalent achat d’espace publicitaire

Vendée Globe : Banque Populaire annonce un bilan de 55 M€ en équivalent achat d’espace publicitaire

Vendée Globe : Banque Populaire annonce un bilan de 55 M€ en équivalent achat d’espace publicitaire.
A l’occasion de la conférence Tip & Shaft Connect qui s’est déroulée aujourd’hui à Nantes, Banque Populaire a dévoilé les principaux éléments des performances de sa communication autour du Vendée Globe et de la victoire d’Armel Le Cléac’h à bord du Monocoque Banque Populaire VIII.

La Banque de la Voile, qui consacre près de 5,5 millions d’euros par an à son engagement complet dans la voile. Avait pour objectif de maximiser la visibilité de sa marque et d’enrichir son image des valeurs de modernité.  D’engagement et de dynamisme si bien portées et illustrées par Armel et le Monocoque Banque Populaire VIII tout au long de cette course.

Au terme d’une aventure de 74 jours et d’un duel au coude à coude avec le gallois Alex Thomson. Banque Populaire et son skipper bénéficient ensemble d’une couverture médiatique tout à fait exceptionnelle de plus de 26 000 retombées. Valorisées à plus de 55 000 000 € d’équivalent achat d’espace publicitaire par la société Kantar Media. On dénombre notamment plus de 143 heures de présence en TV (dont plus de 200 JT sur les grandes chaines nationales. Et en radio, plus de 5 000 retombées en presse écrite (dont 34 Unes). Et près de 15 000 articles sur le web.

Au-delà de ces performances médiatiques. La marque Banque Populaire est particulièrement fière d’avoir pu partager ses valeurs à travers l’aventure d’Armel Le Cléac’h. Avec l’ensemble des Français. Sur les médias sociaux notamment, les comptes @VoileBanquePopulaire (Facebook, Twitter, Instagram). Ont été particulièrement actifs avec respectivement plus de 88 millions de publications. Et 12 millions de vidéos vues, touchant 100% de la cible des 25/49 ans sur ce média. La quasi-totalité des indicateurs de performance des contenus publiés par la Banque de la Voile est au-dessus des moyennes constatées par Facebook et Twitter. Ce qui témoigne d’un engagement et d’un engouement exceptionnel du grand public pour ce projet. Enfin, on retiendra qu’Armel Le Cléac’h. Et Banque Populaire sont le skipper et le sponsor les plus mentionnés sur les médias sociaux.

Un succès sur lequel Banque Populaire a rebondi au profit d’un discours plus global sur ses valeurs de marque par le biais d’une campagne publicitaire en TV. Et au cinéma un mois après l’arrivée, atteignant des taux d’agrément et d’attribution très au-dessus des standards de sa catégorie.

Thierry Bouvard, Responsable du Pôle Programmes Editoriaux et Sponsoring :

« C’est une victoire qui salue l’exploit d’un homme qui a prouvé son talent et sa ténacité dans une bataille acharnée. Au-delà, c’est aussi la reconnaissance de la performance du Team Banque Populaire dans sa capacité d’innovation au travers de projets audacieux. Grâce à notre fidélité de sponsor engagé depuis près de 30 ans dans ce sport. L’aventure est magnifique parce qu’elle a été partagée avec tous, grâce notamment aux médias, aux très nombreux échanges générés sur les médias sociaux. Et à une très forte appropriation de cette belle histoire par nos clients et nos collaborateurs. »

Après cette aventure exceptionnelle, le Team Banque Populaire et Armel Le Cléac’h. Se consacrent désormais à la construction du Maxi Banque Populaire IX. Qui marquera le retour de la Banque de la Voile en trimaran après son sacre sur la dernière Route du Rhum. Cette nouvelle monture de 32 mètres de long sera mise à l’eau dans quelques mois. Pour prendre le départ dès l’automne des plus grandes courses et records dans la catégorie Ultim.

Sources :
- Retombées médias et valorisation financière : Kantar Media
- Médias Sociaux : Zenith Optimedia

logo_pacifico_communication_articles
Aptiko : une vitrine intelligente et de la réalité augmentée
Aptiko : une vitrine intelligente et de la réalité augmentée

Aptiko : une vitrine intelligente et de la réalité augmentée

Aptiko est une de ces jeunes pousses françaises qui font plaisir à voir. La jeune équipe de 8 personne qui constitue la startup vient de lever près d’un millions d’euros. Et se retrousse les manches pour équiper différentes surfaces de solutions intelligentes, incluant des éléments de réalité augmentée. L’objectif ? 25 personnes et 5 millions de chiffre d’affaires d’ici 4 ans.

Aptiko : une levée de fonds de 500 000 euros pour la jeune pousse, par les investisseurs Normandie Business Angels et Normandie Participations !

Une vitrine numérique intelligente, c’est le projet sur lequel travaille l’équipe d’Aptiko. La vitrine comporterait notamment des éléments en réalité augmentée. Vous souhaitez des exemples ? La vitrine permettra notamment de faire défiler des produits en réalité augmentée grâce à simple déplacement de la main. Idéal, par exemple, dans un immense centre commercial, pour pouvoir visualiser les produits d’un magasin avant de décider si l’on souhaite s’y rendre ou non. Beaucoup mieux que les grandes tablettes actuelles qui indiquent la localisation des magasins et qui sont souvent en panne.

La startup ne vendra pas des vitrines « en dur » mais des solutions de réalité augmentée adaptables sur plusieurs types de support. Les solutions sont customisées selon les besoins des clients et selon les événements et leurs marchés. Il est possible de concevoir sa propre solution de réalité augmentée. Et de la disposer sur une vitrine, une table, une tablette dans un magasin, sur un salon ou bien dans une usine. Idéal pour promouvoir des produits tout en donnant une image innovante de son entreprise.

A l’avenir, les écrans numériques que l’on connait « pourraient aller jusqu’à détecter si vous êtes une femme ou un homme, identifier votre tranche d’âge, etc., afin de vous proposer plutôt un pull masculin ou du rouge à lèvre, par exemple », imagine aisément Rachid Amar, le CEO d’Aptiko. Un marketing sur-mesure, amusant et favorisant donc l’acte d’achat !

logo_pacifico_communication_articles
Star VR : un casque made in Acer et Starbreeze

Star VR : un casque made in Acer et Starbreeze

Dans la galaxie des casques VR. Il semblerait bien que l’on ait dépassé depuis longtemps le traditionnel duel entre HTV Vive et Oculus Rift. Depuis, de nombreux petits et grands compétiteurs ont pris le relais et ont sorti des casques toujours plus innovants. De plus, si on avait au départ des casques au coût prohibitif, il semblerait que la mise en concurrence des fabricants ait tiré les prix vers le bas. Aujourd’hui, c’est au tour de Star VR de sortir un nouveau petit bijou de technologie. Jamais entendu parler de Star VR ?  Il s’agit d’une joint-venture entre le géant Acer et le suédois Starbreeze (qui avait racheté la jeune startup française InfinitEye). Les deux entreprises travaillent sur un nouveau projet de casque VR, avec un champ de vision élargi !


Star VR:  un casque avec une vision quasiment périphérique.

Vous pouvez le voir sur les photos, le casque a un champ de vision bien plus élargi que ceux auxquels nous avons été habitués jusque là. Si l’on a pas encore une vision périphérique, comme avec nos globes oculaires, il semblerait que la technologie de ce casque s’en rapproche. Le champ de vision serait de 210 degrés, contrairement au traditionnel 110 degrés des gros concurrents.

Le casque possède en réalité deux écrans, un pour chaque oeil, d’une taille de 2560 x 1440 pixels. Il semblerait que l’immersion visuelle soit beaucoup plus profonde avec ce nouveau champ de vision. Cependant, la technologie étant plus demandeuse. Il semblerait que la qualité d’image se retrouve être légèrement plus faible que celle des concurrents américains.

Il semblerait que le projet soit encore au début de ses stades de développement. La commercialisation n’est pas prévue pour tout de suite. Nous le retrouverons d’abord chez les professionnels et dans les salles de cinémas VR, peut être plus tard à la maison !

Sources : 360natives